Scroll

La promesse de l’Adaptive Learning, le temps d’ingénierie pédagogique en moins

Evan Friburg |

L’Adaptive Learning a fait ses preuves : une économie de 37% de temps de formation pour développer les compétences des apprenants. Toutefois, même si le retour sur investissement de l’Adaptive Learning est évident, l’investissement en temps pour créer un parcours d’Adaptive Learning n’en est pas moins considérable. Nous vous présentons dans cet article une nouvelle approche pédagogique : un Adaptive Learning sur-étagère, prêt à être déployé dans votre LMS.

État des lieux de l’Adaptive Learning

L’Adaptive Learning n’est plus nouveau – le premier éditeur à commercialiser une solution d’Adaptive Learning a 15 ans – et pourtant il est encore perçu comme innovant et compliqué à mettre en œuvre. Nous avons identifié deux raisons à cela, l’une étant plus recevable que l’autre.

Commençons par la moins recevable. L’Adaptive Learning est parfois perçu comme complexe car on se concentre trop sur le « comment » et pas assez sur le « pourquoi ». Dans le « comment », on comprend que l’Adaptive Learning fonctionne à partir du moment où il est capable d’analyser des données d’apprentissage avec des algorithmes intelligents. Derrière ce principe, on a souvent tendance à penser que les données doivent se compter par millions, et que pour les traiter il est nécessaire d’utiliser le Deep Learning… Ce qui amène généralement à une de ces conclusions : « nous n’avons pas suffisamment de données dans notre organisation », « nous trackons et stockons mal les données », ou encore « nous n’avons pas le contrôle de notre plateforme de formation pour y intégrer de l’intelligence artificielle ».

En s’intéressant au « pourquoi », on comprend que l’Adaptive Learning cherche à individualiser le parcours de formation d’un apprenant pour répondre au mieux à ses besoins de compétences. Le concept est beaucoup plus concret et répond alors à un vrai enjeu métier : s’assurer que chaque salarié acquiert le niveau de compétences attendu à son poste en passant un minimum de temps à se former. Si cela répond à une problématique rencontrée dans l’entreprise, on est ravi de constater que :

  • Les solutions existent et s’intègrent facilement à un LMS
  • Il n’y a besoin ni de Big Data ni de Deep Learning pour que cela fonctionne

La seconde raison est directement liée au contenu. Déployer un parcours d’Adaptive Learning requiert un certain type de contenu et une certaine structuration de ce contenu, de la même façon qu’un parcours Blended Learning requiert une ingénierie pédagogique adaptée. On trouve alors 3 types d’organisation : celle qui n’a pas le contenu nécessaire et pas la bande passante pour le créer, celle qui n’a pas les prérequis mais qui a les ressources humaines pour y arriver, et enfin celle qui a le contenu nécessaire à l’Adaptive Learning et qui pourra rapidement en tirer profit !

Une promesse (atteinte) de l’optimisation de l’upskilling

Intéressons-nous d’abord à ce dernier type d’organisation. Si votre entreprise a déjà, pour un métier donné, le contenu nécessaire au déploiement d’un parcours individualisé, alors elle pourra intégrer ce contenu dans un outil auteur d’Adaptive Learning afin de déployer le parcours auprès des collaborateurs concernés. Vous pouvez d’ailleurs lire de quelle façon s’est déroulé le déploiement chez AG2R La Mondiale ou Renault.

Le contenu en question est le suivant :

  • Pour le métier concerné, il vous faut définir les compétences et le niveau à valider
  • Un questionnaire doit permettre de positionner le niveau du collaborateur sur chacune de ces compétences, en amont ET en aval du parcours
  • Des ressources pédagogiques doivent être existantes (créées en interne ou achetées à un prestataire), et leur curation doit être réalisée : chaque ressource, qu’elle soit synchrone ou asynchrone, doit être associée à une compétence et un niveau

Si vous avez la chance de cocher toutes ces cases pour un métier ou pour un ensemble de compétences transverses (leadership, communication, efficacité professionnelle…), l’Adaptive Learning est à portée de main et vous pourrez en voir les bénéfices pour vos collaborateurs. Par exemple, avec la solution Domoscio, vos collaborateurs gagnent en moyenne 37% de temps dans l’acquisition des compétences !

C’est tout l’enjeu de l’Adaptive Learning : optimiser l’upskilling pour chaque personne, quels que soient son profil, son niveau de séniorité ou son niveau de compétences… et cela de façon automatisée. Sur un parcours qui contiendrait 50 ressources pédagogiques, on peut imaginer que le collaborateur dont le niveau est le plus avancé ne suivra que 10 ressources, tandis que celui dont le niveau est le moins avancé en suivra 45. En moyenne, à l’échelle d’une population d’apprenants, vos collaborateurs ne suivront qu’une trentaine de ressources pédagogiques sur 50 (on retrouve les 37% d’économie).

Les limites du modèle : entre maturité insuffisante et conception chronophage

Toutefois, lorsque les conditions ne sont pas réunies pour pouvoir déployer un parcours d’Adaptive Learning, le modèle a ses limites. La première limite est le référentiel de compétences. L’Adaptive Learning ne requiert pas de créer un référentiel pour tous les métiers et toutes les compétences de l’entreprise, mais à minima pour les compétences concernées par le parcours que vous souhaitez déployer. Si ce référentiel est inexistant, un premier travail devra être réalisé, en collaboration avec le métier et les RH, pour définir les compétences cibles ainsi que le niveau à atteindre en fonction du niveau de séniorité.

La deuxième limite est le manque de ressources pédagogiques : vous ne pourrez pas déployer un parcours managérial si vous n’avez aucun contenu sur la thématique « Stimuler la performance ». Il vous faudra alors acheter une ou plusieurs bibliothèques de contenus sur-étagère en espérant y retrouver toutes les ressources nécessaires, ou acheter (ou créer) des contenus sur-mesure, mais pour un coût bien supérieur.

Enfin, la troisième limite est le temps : concevoir un parcours d’Adaptive Learning est chronophage. Plus précisément : créer un questionnaire, faire la curation du contenu ou encore se former à un outil auteur d’Adaptive Learning sont des actions qui prennent du temps. On estime à environ 150 heures le temps nécessaire à la conception d’un parcours d’Adaptive Learning qui intégrerait une dizaine de compétences. Bien sûr, il s’agit d’une moyenne et l’investissement en temps dépendra de votre existant. Par exemple, si le référentiel de compétences est déjà créé et les contenus pédagogiques sont déjà associés à ces compétences, le temps à consacrer à la création du parcours d’Adaptive Learning se situera en-dessous de cette moyenne de 150 heures.

Vers un Adaptive Learning sur-étagère

Avec tous ces éléments exposés, deux scénarios types peuvent se présenter à vous lors du déploiement d’un parcours d’Adaptive Learning.

 Scénario 1Scénario 2
Les compétences concernéesLes compétences visées par le parcours sont spécifiques à mon entreprise et/ou au métier concernéLes compétences visées sont transverses : leadership, communication, digital, data…
Les contenus pédagogiquesJe dispose des contenus pédagogiques, créées en interne ou achetées auprès de prestataires externesJe dispose de peu ou pas de contenus pédagogiques en lien avec les compétences visées
Le questionnaire de positionnementJ’ai une base de questions existante ou un collaborateur capable de créer ces questionsJe dispose de peu ou pas de questions en lien avec les compétences visées
La bande passante de l’équipe projetMon équipe a les compétences et le temps pour concevoir le parcours d’Adaptive Learning : 150 heures à diviser en plusieurs ressources humainesMon équipe n’a pas de temps à consacrer à la conception du parcours d’Adaptive Learning
Ma solutionJ’opte pour un outil auteur d’Adaptive Learning et j’y intègre mon contenuJe choisis une Expérience d’Adaptive Learning prête à l’emploi

Concrètement, de quoi parle-t-on ? Un parcours d’Adaptive Learning prêt à l’emploi se base sur la même approche qu’un parcours d’upskilling sur-étagère, mais il intègre la promesse du gain de temps pour vos collaborateurs : 37% de temps en moins pour que vos apprenants acquièrent le niveau attendu sur chacune des compétences visées par le parcours.

Cela signifie que le parcours intègre :

  • Un référentiel de compétences prédéfini sur la thématique concernée
  • Une base de questions utilisée pour proposer lors d’un questionnaire initial et final
  • L’ensemble des contenus pédagogiques nécessaires à la montée en compétences de votre population d’apprenants, mais qui seront présentés à chaque personne de façon individualisée : seuls les contenus adaptés au skills gap du collaborateur lui sont recommandés !
  • Tous les learning analytics et autres statistiques qu’une approche Adaptive Learning permet d’afficher à l’apprenant ou à un superviseur